Vidéo pour les pros : 86% des jeunes cadres français y voient un impact positif et significatif

cisco-logoSelon une étude mondiale publiée par Cisco, la majorité de ces jeunes cadres de la nouvelle génération a l’intention de recourir massivement à la vidéo, non seulement afin de communiquer avec les collègues et subordonnés, mais aussi pour aider l’entreprise à développer de nouveaux produits et services.

L’enquête Cisco 2013 porte sur l’importance de la vidéo pour les jeunes cadres âgés de moins de 35 ans et aspirant à des postes de direction. Pour réaliser cette enquête, à laquelle plus de 1 300 répondants du monde entier ont participé, Cisco a mandaté le cabinet Redshift Reasearch.

Faits marquants de cette enquête :

  • 3/5 des jeunes cadres interrogés recourront de manière plus intensive à la vidéo d’entreprise au cours des cinq à dix prochaines années.
  • 86% des répondants français estiment que la vidéo exerce un impact positif, significatif sur les entreprises, en leur apportant de multiples avantages : optimisation de l’expérience du télétravail, réduction des frais de déplacement ou encore attractivité auprès des profils les plus talentueux.
  • 96% des entreprises françaises employant moins de 400 salariés considèrent la vidéo, comme un moyen pour abolir la barrière des langues sur un marché en pleine mondialisation.
  • 87% des répondants du monde entier affirment qu’ils préfèreraient travailler pour une entreprise équipée de technologies vidéo plutôt que pour une société n’ayant pas investi dans ce mode de communication. Ils estiment en effet qu’une entreprise dotée d’un équipement vidéo témoignerait ainsi de sa « volonté de recourir à la technologie afin de stimuler sa croissance ».

Présentation détaillée des conclusions

Les conclusions de l’enquête s’articulent autour de trois axes majeurs, qui représentent les principales priorités des futurs leaders : l’impact de la vidéo sur leur carrière, sur l’entreprise au sens large et sur les futurs besoins professionnels.

1. Impact sur la carrière

Selon les conclusions de l’enquête, les jeunes cadres estiment que la vidéo est vouée à modifier profondément leur manière de communiquer.

  • Alors que 3/5 des jeunes cadres interrogés recourront de manière plus intensive à la vidéo d’entreprise au cours des cinq à dix prochaines années, cette tendance serait plus marquée encore chez les personnes aspirant à diriger de plus grandes équipes. En effet, 70 % des jeunes du monde entier ambitionnant de superviser des équipes d’au moins 51 personnes ont déclaré qu’ils feront de plus en plus appel à la vidéo à mesure de leur progression professionnelle.
  • À l’heure où la vidéo suscite un engouement croissant auprès des jeunes cadres, il convient de s’interroger sur les principaux avantages qu’elle représente à leurs yeux.
    • Aujourd’hui : Les trois principaux avantages de la vidéo soulignés par les jeunes cadres sont :
      • la capacité à déceler des indices visuels
      • « être là », sans se déplacer
      • le partage de contenu en temps réel
    • Demain : Selon eux, les innovations technologiques dans le domaine de la vidéo permettront de personnaliser et d’améliorer encore davantage cette expérience, à un niveau difficilement égalable dans le cadre d’une rencontre en présentiel.
      • 54% des répondants ont fait part de leur intérêt pour une personnalisation de l’expérience (c’est-à-dire pour des possibilités d’édition et de partage rapides d’une partie de la vidéo via les réseaux sociaux)
      • 21% des personnes interrogées ont exprimé un intérêt particulier pour des fonctionnalités d’optimisation de la conversation —telles que la traduction en temps réel (c’est-à-dire une forme de sous-titrage adapté à la téléprésence) et des annotations apparaissant sous la forme de pop-ups et proposant des informations contextuelles sur les participants, obtenues à partir de sources telles que LinkedIn et Salesforce.com.

2. Impact sur l’entreprise

Si 86% des répondants français estiment que la vidéo exerce un impact positif et significatif sur les entreprises, ils considèrent avant tout que les trois principaux avantages sont :

  • une réduction des frais de déplacement
  • l’instauration de bonnes relations
  • une amélioration de l’expérience des collaborateurs en télétravail

Parmi les principaux avantages pour l’entreprise :

  • Attractivité auprès des meilleurs talents. 88 % des répondants français reconnaissent que l’investissement d’une entreprise dans son équipement vidéo peut influer sur leur décision finale face à deux offres d’emploi par ailleurs similaires. Les répondants ont déclaré que l’implication de l’entreprise toute entière dans les technologies vidéo témoignerait à leurs yeux d’une « volonté de l’entreprise de recourir à la technologie afin de stimuler sa croissance. »
  • Focus sur les petites entreprises. Trois jeunes cadres sur cinq travaillant au sein d’entreprises de moins de 400 salariés affirment être confrontés à des difficultés de communication de plus en plus importantes dues aux barrières linguistiques au fur et à mesure du déploiement de l’entreprise à l’international.
  • Atténuation des barrières linguistiques. Parmi les répondants français ayant évoqué des difficultés dues aux diversités linguistiques, 96 % ont affirmé que la vidéo pourrait contribuer à surmonter les barrières linguistiques.
  • Les trois principaux arguments avancés par les jeunes cadres pour expliquer l’utilité de la vidéo au sein des petites entreprises confrontées à des enjeux linguistiques sont :
    • la capacité offerte aux interlocuteurs de mieux s’assurer du bon déroulement de la conversation.
    • la possibilité, pour les participants, de percevoir les signes indiquant qu’un concept échappe à leurs interlocuteurs.
    • l’assurance d’entretenir de bonnes relations interculturelles.

3. Besoins futurs

Au vu des innovations constantes en matière de technologies vidéo, les besoins des jeunes cadres sont appelés à évoluer. Parmi les principaux facteurs susceptibles d’influer sur le recours à la vidéo par les répondants et leurs entreprises :

  • Simplicité d’utilisation et généralisation des outils vidéo. Les données de l’enquête révèlent que si la vidéo était d’une utilisation aussi simple et généralisée que les autres modes de communications habituels (téléphone portable/de bureau, messagerie instantanée et électronique), les jeunes cadres seraient majoritairement disposés à recourir régulièrement à cet outil. 77% des français interrogés s’orienteraient vers les modes de communication vidéo pour un quart de leurs interactions avec des collaborateurs distants.
  • De plus, 53% des répondants estiment être amenés à l’avenir à utiliser massivement la vidéo, recourant à ce mode de communication pour 50% à 100% de leurs interactions à distance.
  • Le facteur qualité, une notion essentielle L’étude a démontré que, plus la conversation professionnelle est importante, moins les jeunes cadres sont enclins à tolérer l’usage de vidéos basse résolution (telles que les vidéos transitant par Internet). En effet, pour les échanges stratégiques, les répondants ont, pour la plupart, affirmé qu’ils renonceraient à recourir aux modes de communication vidéo si la qualité s’avérait insuffisante. Les pourcentages de cadres de la nouvelle génération se déclarant « disposés à recourir aux vidéos basse résolution » dans le cadre de ce type de réunion sont présentés ci-dessous :
    • Réunions internes – 25%
    • De manière ponctuelle/lors de déplacements – 22%
    • Fournisseurs – 17%
    • Clients/Prospects – 12%
    • Communications stratégiques (discussions avec le conseil et le PDG) – 10%
  • Timidité devant la caméra. Les jeunes cadres ont également été interrogés sur les situations où ils seraient les plus réticents à utiliser la vidéo. Globalement, les cinq réponses les plus fréquemment citées sont :
    • Bureau désordonné
    • Inquiétudes liées à l’apparence physique
    • Nécessité de traiter d’autres tâches simultanément
    • Rendez-vous prévu à l’heure du repas
    • Manque général d’aisance lors des échanges par communication vidéo
Dans :Chiffres clé, Infrastructure - Réseaux, International Tags: 

Sur le même thème :

La vidéo représentera près de 80% du trafic Internet en France d’ici 2018 La vidéo représentera près de 80% du trafic Internet en France d’ici 2018
Internet of Everything (IoE) : 4 600 milliards de dollars pour le secteur public dans le monde d’ici à 2022 Internet of Everything (IoE) : 4 600 milliards de dollars pour le secteur public dans le monde d’ici à 2022
Les vulnérabilités et menaces informatiques atteignent un niveau record depuis 2000 Les vulnérabilités et menaces informatiques atteignent un niveau record depuis 2000
Cisco / 4 tendances IT pour 2014 Cisco / 4 tendances IT pour 2014

Laisser une réponse

Submit Comment

© IT Pro News. Tous droits réservés. XHTML / CSS Valide.
Fièrement propulsé par Theme Junkie.